Plainte du Collectif pour la défense des intérêts des Mbourois contre l’Etat et la FSF

Le Collectif de Défense des Intérêts des Mbourois a annoncé, ce jour, porter plainte contre l’Etat du Sénégal et la Fédération de football suite à la réintégration de l’USO dans le championnat. Nianing Infos vous partage, ci-dessous,le mémorandum du CDMI et l’appelle qu’ils ont lancé aux Mbourois.

Chers Mbourois,

C’est avec amertume et inquiétude que nous avons constaté la tournure actuelle du drame du 15 Juillet avec la réintégration tout azimut de l’Uso dans le championnat professionnel de Ligue 1 et la volonté délibérée des acteurs du football national d’étouffer cette affaire sans que justice ne soit rendue au préalable alors qu’au même moment, des centaines de blessés croupissent dans leurs domiciles,rongés qu’ils sont par des douleurs physiques et morales sans aucune assistance médicale ni un accompagnement psychologique.

Au regard de cette situation,le CDIM a décidé de concert avec les familles des victimes et blessés de ce drame,après une longue réflexion partagée avec des spécialistes de tout bord,d’engager une action en justice.Ceci non pas pour dénoncer la mauvaise gestion du drame dont Mbour a souffert.Loin s’en faut,mais pour identifier et situer les responsabilités quelles qu’elles soient à tous les niveaux.

Une conférence de presse sera organisée ce Samedi 10 Février à 11h à la Salle de délibération de la Mairie de Mbour en présence des avocats engagés par le Collectif pour davantage éclairer la lanterne des Sénégalais sur les nébuleuses qui entourent cette affaire.

Nous invitons tous les Mbourois à venir assister massivement à cette Conférence de Presse!

COLLECTIF MBOUROIS

MEMORANDUM

C’est avec amertume et indignation que le monde sportif et la population sénégalaise en général, ont constaté par voie de presse la décision rendue par le TAS (Tribunal Arbitral du Sport) .

Laquelle décision est irrégulière à tout point de vu .Une décision rendue avec la complicité de la Fédération Sénégalaise de Football qui s’est très rapidement résignée à prendre acte après avoir été pointée du doigt sans la nommer par le TAS y compris la ligue Pro .Elle a en effet accepté dès le début de donner un effet relatif à sa décision de suspension prononcée à l’encontre de l’US Ouakam . Il faut rappeler que la saisine du Tribunal Arbitral du Sport est subordonnée au consentement réciproque des parties par l’établissement d’une convention d’arbitrage.

La population Mbouroise est aussi écœurée de constater qu’il y’a une volonté manifeste de la ligue

Pro d’intégrer l’Union sportive de Ouakam dans le championnat National, les propos tenus par

Monsieur Abdoulaye Sow en sont une parfaite illustration.

Pour réponse, les sentences arbitrales rendues par le TAS bénéficient d’une force exécutoire relative contrairement à ce qu’avance Mr Abdoulaye Sow.

Il existe bel et bien une voie de recours offerte aux parties lorsqu’elles estiment que la décision est irrégulière.

En effet la FSF peut saisir le Tribunal fédéral Suisse en invoquant surtout le motif d’incompatibilité avec l’ordre public de la décision en appel du TAS. Il y’a des risques de trouble à l’ordre public si jamais les 3 clubs de Mbour affrontent l’USO .

Une voie de recours au Tribunal fédéral Suisse est ouverte pour des motifs limités, tels que l’absence de compétence , la violation des règles élémentaires de procédure (Ex : Violation du droit d’être entendu ) ou l’incompatibilité avec l’ordre public .Le fondement de la compétence du Tribunal fédéral de Suisse contre les décisions du TAS résulte de la loi fédérale Suisse sur le droit international privé du 18 /12/1987 (Voir arbitrage TAS 92/63G c/FEI ) in recueil sentences du TAS 86/98.En outre le chapitre 12 de la loi sus visée définit le champ d’application de l’arbitrage internationale en son alinea 1 de l’article 176 en ces termes : « les dispositions du présent chapitre s’appliquent à tout arbitrage si le siège du tribunal arbitral se trouve en Suisse… » Au regard de tous ces faits

▪ Nous demandons à l’Etat du Sénégal de prendre ses responsabilités face à une telle situation.

▪ Nous tenons pour responsable la FSF , des dérives éventuels pouvant naitre de la participation de Ouakam dans le championnat.

▪ Nous demandons également la tenue imminente d’un procès pour le repos de nos disparus (situer la responsabilité des organisateurs).

Ø   Nous savons également que la percée des clubs Mbourois au niveau du football sénégalais dérange certains en l’occurrence les fédéraux sénégalais.

▪ Le bras de fer des dirigeants du football Mbourois avec M.Augustin Senghor lors des renouvellements ne doit pas se répercuter sur le football Sénégalais.

▪ Enfin nous n’excluons aucune forme de lutte pour que justice soit rendue à nos illustres disparus.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here